Labrador Retriever


labrador-race     

Origines et standard

Origines

Si diverses théories sont avancées quant aux origines du Labrador, se sont les anglais, qui par des sélections judicieuses, ont créé la race. Le Kennel Club enregistre dès 1903 le premier standard et officialise ainsi le nom du Retriever Labrador. 

 

 

La théorie la plus fiable sur l'origine du Labrador le fait naître au Labrador, province du nord-est du Québec, ce qui expliquerait son nom.

Au début du 17ème siècle les colons britanniques installés sur l'ile de Terre-Neuve découvrent dans la Province du Labrador un chien noir qui aidait les indiens à pêcher et l'introduise dans leur île. Là, ces chiens puissants se rendent indispensable dans les eaux glacées pour tirer le bois qui servait à fumer la morue

Ces chiens appelés "Terre Neuve de Saint John's" se multiplièrent allégrement jusqu'au jour où les autorités de l'île prirent en 1785 une première mesure limitant à un le nombre de chien par foyer et une deuxième mesure en 1815 ordonnant l'abattage de tout chien non muselé afin de préserver l'élevage de moutons. Indésirables sur l'île, les pêcheurs en ramenèrent au retour de leur campagne de pêche dans les ports hauturiers du Dorset en Angleterre.

L'aristocratie anglaise, très au fait de leur qualité de "retriever" utilisèrent le chien de Saint John pour rapporter le gibier afin d'économiser les setters et les pointers. D'après R. Raikes "le sportman Lord Malmesbury", qui habitait Hurn Court, près de Poole Harbour, produisit le premier ancêtre des labradors noirs avec toutes les caractéristiques du labrador actuel. Buccleuch Avon, né en 1885, avait une tête magnifique, une expression douce, un poil double et la typique queue de loutre.

Lord Malmesbury offrit quelques uns de ses chiens au duc de Buccleuch et à lord Hume. Ces sportmen, par une sélection rigoureuse, fixèrent le type tout en préservant les précieuses qualités naturelles; le retriever Labrador était né, il fit ainsi son entrée à la cour d'Angleterre et conquit ses premiers titres de gloire.

Le premier Club de Labrador est créé en 1916 par des amateurs éclairés afin de préserver et d'améliorer les qualités naturelles et morphologiques du Labrador qui était de couleur noire.

La couleur aune ou sable apparaît un peu plus tard, le "Yellow Retriever Labrador" fondé en 1923 écrit un standard partcilier, certainement pour bénéficier de concours particuliers.

La couleur chocolat ou marron, qui doit être le plus foncé possible, est difficile à obtenir car les conditions génétiques qui la régissent sont réduites.

Le standard

Aspect général : Fortement charpenté. Le crâne est large. La poitrine est bien descendue et les côtes sont bien developpées. Le reine et l'arrière-main sont larges et puissants.

Caractéristiques : Bon caractère, très agile. Nez excellent. Dent douce. Passion pour l'eau. Compagnon fidèle, capable de s'adapter partout.

Tempérament : Intelligent, ardent et docile, il ne demande qu'à faire plaisir. Naturel amical, sans aucune trace d'agressivité. Il ne doit pas non plus se montrer craintif à l'excès.

Tête et crâne : Le crâne est large avec un stop marqué. Tête bien dessinée, sans joues épaisses. Mâchoires de longueur moyenne, puissantes. Elles ne sont pas en sifflet. La truffe est large, les narine bien développées.

Yeux : Les yeux sont de dimension moyenne, exprimant l'intelligence et le bon caractère. De couleur marron ou noisette.

Oreilles : Elles sont ni grandes, ni lourdes. Elles tombent contre la tête et sont attachées plutôt en arrière.

Cou : Net, puissant et solide, s'insérant dans les épaules bien placées.

Avant-main : Epaules longues et obliques. Les antérieurs ont une bonne ossature et sont droits du coude ou sol, qu'ils soient vus de face ou de profil.

Corps : Poitrine bien large et bien descendue avec des côtes en plein cintre. La ligne du dessus est horizontale. Le rein est large, court et fort.

Arrière-main : Bien développée. La croupe ne descend pas vers la queue. Grasset bien angulé. Jarrets bien descendus. Les jarrets de vache sont à proscrire.

Pieds : Ronds, compacts. Doigts cambrés et coussinets bien développés.

Queue : Trait distinctif de la race, très épaisse à la naissance, s'effilant progressivement vers l'extrémité, de longueur moyenne, dépourvue de frange mais recouverte complètement d'un poil court, épais, dense, qui donne une apparence de rondeur décrite sous le nom de "queue de loutre". Elle peut être portée gaiement mais ne doit pas se recourber sur le dos.

Allures -Mouvement : allures dégagées, couvrant bien du terrain. Les membres antérieurs et postérieurs se déplacent dans des plans parallèles au sol.

Poil : Le poil est un trait distinctif du Labrador. Il est court, dense, sans ondulations et franges. Il donne au toucher l'impression d'être passablement rêche. Le sous-poil est résistant aux intempéries.

Couleur : entièrement noir, jaune ou marron (foie chocolat). Le jaune va du crème clair au roux (du renard). Une petite tache blanche est admise au poitrail.

Taille : hauteur idéal au garrot de 56 à 57 cm chez le mâle et de 54 à 56 cm chez la femelle.